Anorexie : Thérapie phase 2

Accueil Anorexie Boulimie Livre Livre d'or Articles Liens Aphorismes Partenariat

Intro
Thérapie 1
Thérapie 2
Thérapie 3
Conclusion






























Haut de page

Devenir femme(homme) / Devenir adulte

Grâce à la thérapie, j'ai pu enfin faire un long travail sur moi-même. Or, en prenant la décision de consulter un spécialiste, l'une des meilleures décisions que j'ai prise de mon existence, j'ai pu réaliser que mon comportement camouflait bien des mystères.

L'adolescente, puis la jeune fille si consciencieuse, appliquée et disciplinée que j'étais, avec mon attitude emprunte de tant de volonté et qui me faisait me sentir tellement plus forte que tous les autres, ignorait totalement son immense vulnérabilité. Plus particulièrement, cette aliénation de mon apparence corporelle et ce désir extrême d'un physique épuré, c'est-à-dire mon aspect extérieur, avait l'avantage de m'éviter de penser réellement à mes nombreux problèmes «intérieurs».

Effectivement, mon corps devait prendre le moins d'espace possible parce que je ne me trouvais pas ma place dans ce monde.

Je n'étais pas prête à devenir femme pour ne pas devenir l'enjeu d'un jeu sexuel ou la compagne soumise d'un homme. J'avais un rejet total du modèle de potentielle «mère de famille» et l'absence de mes règles ne pouvait que me rassurer.

Je ne voulais pas devenir adulte car le monde n'avait absolument aucun attrait pour moi avec notamment le chômage, l'injustice, la compétition, la violence, l'abrutissante société de consommation, ou encore la pauvreté pour plus des deux tiers de la population mondiale et la quasi-indifférence ou l'absence de réactions des pays riches.

En arrêtant le temps, j'étais soulagée. Mais malgré mes efforts axés sur mon physique, j'étais emplie de multiples peurs qui m'ont tout simplement conduite à ne plus vouloir vivre, la vie ayant fini par ne plus être, à mes yeux, que chaos.

Ces faiblesses étaient des PEURS fondamentales face auxquelles je n'avais absolument aucune défense telles que l'échec, le rejet, l'abandon, les expériences douloureuses comme les relations humaines qui s'avéraient si souvent décevantes, le manque de repères affectifs, l'absence de confiance en moi et surtout d'estime de moi-même, ainsi que l'incapacité à m'affirmer et à gérer le moindre conflit ; sans oublier les répercussions de la culpabilité induite par mon éducation.

Quant aux désirs, je quêtais en permanence l'approbation d'autrui, je voulais à tout prix être parfaite en toute chose et, surtout, être aimée de tous.

Entre mes blessures qui remontaient à l'enfance, mon hypersensibilité émotionnelle et mes désirs irréalisables, je m'enfonçais psychologiquement et ne pouvais qu'être ENVAHIE par le sentiment omniprésent de VIDE, D'INSECURITE ET D'ANGOISSE. En quelque sorte, comment pouvais-je manger alors que c'est la peur qui me mangeait ?